Dernière actualisation:
06-12-2022

Offshore Oil Bonanza représente une menace existentielle pour les communautés côtières, Suriname

TotalEngegies veut extraire le Suriname Offshore Offshore et payer à Greenwash leur exploitation avec un programme de protection forestier douteux. Les organisations locales et internationales veulent garder l'huile dans le sol.



Description:

En janvier 2020, TotalEngegies et Apache ont annoncé une découverte d'huile importante dans le bloc 58 Offshore Suriname. La découverte était proportionnée aux découvertes dans le bloc de Stabroek à proximité en Guyane et a déclenché des espoirs pour une aubaine pétrolière dans le pays [1]. Les compagnies pétrolières ont continué à explorer le pétrole avec de nouveaux puits et ont depuis annoncé 5 exercices réussis, le dernier en février 2022 [2]. Deux puits exploratoires supplémentaires n'ont pas réussi à trouver des réserves commerciales dans le bloc [3]. Pour l'instant, il n'y a pas de plan de développement clair pour les réserves, et la décision d'investissement finale a été avancée jusqu'en 2023 [4].

L'économie du surinom aux secteurs extractifs. Entre le 17e et le XIXe siècle, l'économie du pays était initialement axée sur les plantations d'esclaves de cacao, de sucre et de coton sous la domination coloniale néerlandaise. Au 20e siècle, la bauxite et l'aluminium sont devenus des secteurs dominants de l'économie [5]. Actuellement, l'extraction d'or représente 75% des exportations, avec une présence importante de l'exploitation artisanale à petite échelle. Enfin, le secteur pétrolier devient plus important et représente désormais 10% des exportations. Le secteur de l'or et du pétrole est contrôlé par la National Oil Company Staatsolie qui a principalement développé des exploitations de pétrole onshore dans le district de Saramacca jusqu'en 2016. Cette année Les compagnies pétrolières, sous réserve des droits de participation pour Staatsolie [6].

L'activiste environnementale locale Erlan Sleur, président de Probios, s'oppose à l'extraction du pétrole offshore et des défenseurs pour garder le huile dans le sol. Les arguments défendent qu’une marée noire explique une condamnation à mort aux mangroves le long de la côte du pays. Selon l'organisation, les mangroves sont la meilleure défense contre l'élévation du niveau de la mer, car elles augmenteront plus haut avec les eaux océaniques protégeant le littoral. De plus, ils s'opposent au test d'exploration sismique car ils perturberont la faune de l'océan [7].

Erlan Sleur regrette qu'il n'y a pas beaucoup d'opposition localement. Les gens sont convaincus par les promesses que le secteur pétrolier apportera un développement économique rapide et les éliminera de la pauvreté. Cependant, il pense que la corruption et la mauvaise gestion atterriront les bénéfices avec les multinationales et les cliques nationales, et ne laisseront rien pour les Surinamais [7]. Dans une étude sur les transactions pétrolières et leur financement par les banques de développement international, l'organisation allemande de justice environnementale Urgewald constate en effet que «les redevances ultra basses (6,5%) et les taux d'imposition restent, tandis que les taux d'imposition pour les secteurs non pétroliers et Les citoyens augmentent, le fardeau le plus lourd tombant sur les personnes les plus pauvres ». Ils critiquent l'implication du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale et de la Banque interaméricaine de développement pour soutenir la création de sociétés pétrolières internationales au Suriname au détriment de l'expansion de la dette paralysante du pays et de la dévastation du climat [8].

En compensation pour avoir laissé le pétrole dans le sol, l'organisation de conservation locale Probios exige que des pays riches paient le Suriname pour protéger la nature [7]. Dans ce qui semble initialement être une évolution vers les demandes de justice environnementale des organisations locales, TotalENGIES a conclu un accord avec le gouvernement du Suriname en novembre 2021 pour préserver la forêt du pays. En vertu de l'accord, la société paierait 50 millions de dollars en échange d'un montant non spécifié de crédits de carbone. Mais ce n'est pas ce que les organisations locales exigent, TotalENGIES veut percer le pétrole et payer les froisses pour la protection des forêts sans preuve claire démontrant un évitement des émissions. Bank CTack défend que ces régimes de crédits de carbone «réduisent l'incroyable diversité des forêts, prairies et zones humides de la planète à une marchandise qui sera échangée, et dans le processus déclenchant une nouvelle prise de ressources massives des peuples autochtones, des paysans et des communautés locales, principalement dans la nouvelle ressource Global Sud. » BankCrack dénonce l'accord comme «le greenwashing du bloc d'huile 58» et rappelle qu'aucun nouveau projets de combustibles fossiles n'est compatible avec la limitation du réchauffement climatique à 1,5 ° C. L'Organisation internationale exige que les banques et les assureurs cessent de soutenir l'expansion de l'industrie des combustibles fossiles en général, et le bloc 58 de TotalENGIES en particulier [9].

Le tragique global L'injustice environnementale est brevetée dans cet accord avec le diable: «Comme les pays riches ne respectent pas leurs obligations de réduire les émissions et de fournir le financement du climat et de l'atténuation, un pays qui sera gravement touché par les conséquences du changement climatique se retrouve maintenant au lit avec un géant du pétrole. [9]

Informations essentielles
Nom du conflit:Offshore Oil Bonanza représente une menace existentielle pour les communautés côtières, Suriname
Pays:Suriname
État ou province:Suriname offshore
Précision de l'emplacementMOYENNE (Niveau régional)
Origine du conflit
Type de conflit. 1er niveau:Combustibles Fossiles et Justice Climatique/Energie
Type de conflit: 2ème niveau:Exploration et extraction de gaz et de pétrole
REDD/MDP
Marchandises spécifiques:Pétrole brut
Gas naturel
Compensation carbone
Argent
Éthanol
Détails du projet et des acteurs
Détails du projet

Le premier puits a été foré à une profondeur d'eau de 1000 mètres et contenait 123 millions de salaire net d'huile et de gaz légers de haute qualité [1]. La dernière et la cinquième découverte du bloc ont été obtenues à une profondeur d'eau de 780 mètres et trouvé 90 m de pétrole et de gaz nets [2]. Avec les données des trois premiers puits d'exploration pétrolière, Morgan Stanley estime que le bloc 58 pourrait contenir jusqu'à 6,5 milliards de barils d'équivalent pétrolier [10].

Superficie du projet:567 000
Niveau d'investissement:10 000 000 000
Type de populationInconnue
Début du conflit:01/01/2020
Nom des entreprises privées ou publiques:Staatsolie from Suriname - It has up to 20% participation rights in the joint-venture at development approval stage
Apache Corp. from United States of America - Owns 50% of the joint-venture with rights over Block 58. Operated the joint-venutre for the first three exploration wells.
TotalEnergies (TE) from France - Operates and owns 50% of the joint-venture with rights over Block 58
Institutions Internationales et FinancièresInternational Monetary Fund (FMI)
World Bank (WB)
Inter-American Development Bank (IADB)
Organisations pour la justice environnementale (et autres soutiens) et leurs sites internet, s'ils sont disponibles:-Probios
https://www.probios.org
- Urgewald
https://www.urgewald.org/english
- BankTrack
https://www.banktrack.org/
Conflit et Mobilisation
IntensitéBASSE (un peu d'organisation au niveau local)
Niveau de conflitRésistance PREVENTIVE (suivant le principe de précaution)
Groupes mobilisés:Organisations internationales pour la justice environnementale
Organisations locales pour la justice environnementale
Formes de mobilisation:Engagement d'ONG nationales et internationales
Militantisme s'appuyant sur les médias/médias alternatifs
Campagnes publiques
Militantisme contre l'actionnariat et financeurs du projet
Recours/appel à la valoration économique de l'environnement
Impacts du projet
Impacts EnvironnementauxPotentiel: Perte de biodiversité (animaux sauvages, diversité agro-écologique), Réchauffement climatique, Déversements de pétrole, Autres impacts environnementaux
Autres impacts environnementauxPerte de défenses naturelles contre l'élévation du niveau de la mer
Impacts socio-économiquesVisible: Autres impacts socio-économiques
Potentiel: Augmentation de la corruption/cooptation de différents acteurs
Autres impacts socio-économiquesExacerber la dette nationale et augmenter les impôts aux secteurs non pétroliers de l'économie
Résultats
Statut du ProjetProposé (phase de prospection)
Développement d’alternatives:L'organisation locale Probios demande aux pays riches de verser une compensation au Suriname pour protéger la biodiversité et les stocks de carbone, tout en laissant le pétrole dans le sol [7].
¿Est-ce que vous considérez que ce conflit représente un succès pour la justice environnementale ?Non
Expliquez brièvement:Les plans d'exploration pétrolière et d'exploitation au Suriname se poursuivent intacts.
Sources et documentation

[1] TotalEnergies Press Release. 07/01/2020. Suriname: Total and Apache Make Significant Discovery in Block 58.
[click to view]

[2] TotalEnergies Press Release. 21/02/2022.Suriname: TotalEnergies announces another significant discovery in Block 58.
[click to view]

[3] Soni, R. 28/11/2022. APA ends drilling at Awari oil well off Suriname coast. In Reuters.
[click to view]

[4] Dey, S. 19/0/2022. Delay in Suriname FID shows TotalEnergies hesitant to fully commit to country – AMI analyst. In OilNow.
[click to view]

[5] EITI Suriname Portal. Overview of the economic development. Visited on 29/11/2022
[click to view]

[6] EITI Suriname Profile. Visited on 29/11/2022
[click to view]

[7] Bijl, R. Keep it in the ground: Erlan Sleur. In Down to Earth. Visited on 29/11/2022.
[click to view]

[8] Mainhardt H., Urgewald 08/02/2022. Suriname’s oil development made possible by IMF, IDB and World Bank public finance.
[click to view]

[9] Beenes, M. 24/11/2021. Total’s deal with Suriname: the greenwashing of oil Block 58. In BankTrack webpage.
[click to view]

[10] OilNow. 05/08/2020. Suriname’s Block 58 could hold 6.5 billion barrels of oil – Morgan Stanley.
[click to view]

Méta-informations
Dernière actualisation06/12/2022
ID du conflit:6192
Commentaires
Legal notice / Aviso legal
We use cookies for statistical purposes and to improve our services. By clicking "Accept cookies" you consent to place cookies when visiting the website. For more information, and to find out how to change the configuration of cookies, please read our cookie policy. Utilizamos cookies para realizar el análisis de la navegación de los usuarios y mejorar nuestros servicios. Al pulsar "Accept cookies" consiente dichas cookies. Puede obtener más información, o bien conocer cómo cambiar la configuración, pulsando en más información.