Dernière actualisation:
07-05-2022

Groupes criminels saisissant des exploitations de terres et en cours d'exploitation des bois protégés pour la production d'avocat à Uruapan, Michoacán, Mexique

Ces dernières années, des groupes criminels ont demandé une rançon, saisi des terres et détruisant des bois protégés dans la région d'Uruapan, dans l'État de Michoacan, au Mexique. Ceci est lié à l'industrie de la production d'avocat.



Description:

Ces dernières années, des groupes criminels ont demandé une rançon, saisi des terres et détruisant des bois protégés dans la région d'Uruapan, dans l'État de Michoacan, au Mexique. Ceci est lié à l'industrie de la production d'avocat. Les groupes criminels ont pris conscience du profit commercial et recherchent maintenant des terres pour l'exploitation. Les habitants ont protesté. D'une part, ils protestent pour la prévention de l'exploitation forestière dans les zones protégées. D'un autre côté, les agriculteurs directement touchés ont exigé l'action des autorités, sans trop de résultat.

Uruapan est l'une des 113 municipalités de l'État de Michoacán, avec un superficie de 955 km2. Il compte 300 000 habitants, dont 51% sont pauvres [1]. C'est le seul État mexicain autorisé à vendre l'avocat aux États-Unis. Au cours de la dernière décennie, les exportations ont augmenté quatre fois, avec des revenus de près de 2,9 milliards USD en 2018 [2]. Dans ce contexte, les terres agricoles ont été élargies de 200% en 2018 [1]. Ces phénomènes peuvent être associés à la demande croissante d'avocat sur le marché. Entre 2001 et 2018, la consommation annuelle de l'avocat américain est passée de 2 livres par personne à près de 7,5 livres [3].

Simultanément, alors que la région prospérait sur la production d'avocat, là-bas, là était une augmentation de la criminalité et des troubles sociaux. En 2000, les groupes criminels ont commencé à jeter un œil sur l'État de Michoacan, et en 2006, ces groupes ont pris le contrôle de l'État et la violence est devenue incontrôlable. À partir de ce moment, le gouvernement mexicain n'a pas réussi à gérer la criminalité et à mettre fin à la violence dans la région [3]. En 2014, il y a eu un nouveau pic de violence alors que la «Familia Michoacana» et «Los Caballeros Templarios» ont commencé à extorquer et à voler aux habitants. Ces groupes ont envahi les vergers et dépossédé les agriculteurs de leurs terres dans les villes de la chaîne de montagnes. En réponse, les groupes civils ont commencé à s'organiser dans le cadre d'une police rurale dirigée par le gouvernement pour s'autodéfenser, mais ont finalement tourné du mauvais côté et ont également été engagés dans des activités illégales. Certains de ces nouveaux groupes incluent «Los Viagras» et «Jalisco Nueva Generación». De plus, d'autres acteurs tels que les entrepreneurs et les politiciens ont été impliqués dans ces groupes criminels, par exemple, le président des «producteurs d'avocat et packers du Michoacán» [1].

Une fois la dépossession des terres atteintes, ces groupes engagent des pratiques spécifiques et diverses. Parfois, ils obligent les cueilleurs à avocat à travailler pendant de longs quarts sans salaire. À d'autres occasions, ils empêchent les cueilleurs de travailler afin de créer une rareté de l'approvisionnement et d'élever les bénéfices de leurs propres vergers. Une autre pratique comprend le détournement d'une moyenne de 4 camions chargés de l'avocat tous les jours [3]. Finalement, la situation a évolué à partir de saisies de terres et d'extorsions, et ces groupes ont également commencé à enregistrer. Il n'y a pas de données officielles sur la déforestation liées à la production d'avocat. Pourtant, le bureau de Michoacán du National Forestry Research Institute (INIFAP) estime 180 000 hectares. Le directeur du bureau affirme qu'il n'y a aucun moyen de mesurer l'impact d'une telle déforestation car personne n'est disposé à financer la recherche et à nuire à l'industrie [1]. Pourtant, il est très connu qu'en 2019, plus d'une douzaine de groupes criminels ont commencé à couper le bois des bois protégés pour étendre leurs propres opérations de croissance de l'avocat [1] [3]. Par exemple, «Los Viagras» a pris le contrôle des forêts près de la ville d'Uruapan et a mis en œuvre des impôts sur les résidents qui possédaient des avocats. Outre l'inconfort local, cela a conduit à de violentes confrontations avec leurs rivaux le Jalisco Nueva Generación qui voulait une part du profit. Cela a provoqué une rencontre violente entre les deux groupes, ce qui a entraîné une fusillade qui a tué environ 20 membres des deux parties [3] [4].

Juan Manuel Madrigal Miranda, écologiste Et le fondateur de l'ONG «Viva Natura», actuellement connu sous le nom de projet «Ecocentro Cupatitzio», a enregistré les effets sur les zones naturelles protégées du sud d'Uruapan. Il a déclaré aux autorités et à la presse que la forêt de pin de 30 hectares dans la zone de «Zumpimito» est gravement menacée par le crime organisé et l'exploitation forestière. Des groupes criminels prévus pour envahir, brûler, changer l'utilisation des terres et cultiver des avocats dans cette région. Réponse, il a essayé d'arrêter leurs tentatives de saisir les bois protégés. Simultanément, le président de la région de Zumpimito a été informé par de tels groupes qu'ils allaient saisir le terrain. En effet, comme prévu, ils ont pris le terrain et enregistré 3 hectares de forêt [5].

Avec Juan Manuel, les habitants se sont plaints aux criminels eux-mêmes contre l'exploitation forestière des zones protégées. En réponse, ils ont été violemment menacés par les groupes effectuant l'action. De plus, Juan Manuel a fait un autre pas et s'est plaint avec les autorités de l'État au sujet de la prise de contrôle du groupe de la forêt. Comme il n'y a eu aucune réponse, il a porté sa plainte auprès de la Commission des droits de l'homme de l'État et s'est entretenu avec des journalistes [3]. Jusqu'à présent, Juan Manuel a été menacé de mort à plusieurs reprises [5]. Après avoir pris des mesures, les policiers de l'État ont fait irruption chez lui et ont laissé une note pour rester silencieux [3]. Apparemment, les autorités municipales et de l'État connaissent l'exploitation de l'exploitation illégale d'Uruapan depuis des années. Même le secrétaire à l'environnement, le changement climatique et le développement territorial (SEMACCDET) a reconnu la question et accepte qu'il n'y a pas d'actions pour protéger le terrain [5].

0 Bien que les développements dans la région d'Uruapan soient récents et favorisent un panorama négatif pour l'environnement, il existe d'autres cas dans les régions voisines avec des efforts réussis pour protéger les terres. Les citoyens ont réagi à la violence et aux producteurs de la municipalité voisine de «Tancitaro», ainsi que la locale de l'Association commerciale de l'Avocado, armé leur propre force de police civile, gardaient l'entrée de la région et ont repris le gouvernement de la municipalité [3]. En fait, 3000 producteurs d'avocat de la zone environnante ont créé un mouvement armé appelé «Pueblos Unidos» pour se défendre, et ont réussi à se débarrasser des «los viagras» dans certaines parties [4]. Pourtant, il y a beaucoup à voir sur l'avancement de ces conflits.

Informations essentielles
Nom du conflit:Groupes criminels saisissant des exploitations de terres et en cours d'exploitation des bois protégés pour la production d'avocat à Uruapan, Michoacán, Mexique
Pays:Mexique
État ou province:Michoacan
Localisation du conflict:Uruapan
Précision de l'emplacementMOYENNE (Niveau régional)
Origine du conflit
Type de conflit. 1er niveau:Conflits relatifs à la Terre et à la Biomasse (Fôrets, Agriculture, Zones de Pêche, Gestion du Bétail)
Type de conflit: 2ème niveau:Production agricole intensive (monocultures et de bétail)
Déforestation
Conflits liés à l'acquisition de terres
Marchandises spécifiques:Terre
Fruits et légumes
Bois
Détails du projet et des acteurs
Détails du projet

Michoacan a exporté 2,4 milliards de dollars en avocats en 2018 [3] et 2,8 milliards de dollars USD en 2020 [2].

Voir plus
Superficie du projet:180 000
Type de populationRurale
Population affectée:Uruapan compte 300 000 habitants
Début du conflit:01/01/2014
Acteurs gouvernementaux pertinents:Police d'État et gouvernement.
Gouvernement municipal.
National Forestry Research Institute (INIFAP).
Président de la région de Zumpimito.
Secrétaire de l'environnement, du changement climatique et du développement territorial (SEMACCDET).
Organisations pour la justice environnementale (et autres soutiens) et leurs sites internet, s'ils sont disponibles:L'écologiste Juan Manuel Madrigal Miranda. Ecocentro Cupatitzio http://www.uruapanvirtual.com/acerca.php?item=ECOCTRO-DEL-CUPATZIO
Conflit et Mobilisation
IntensitéHAUTE (généralisée, mobilisation de masse, violence, arrestations, etc...)
Niveau de conflitEn REACTION à son exécution (pendant la construction ou l'opération)
Groupes mobilisés:Agriculteurs
Voisins/Citoyens/communautés
Formes de mobilisation:Rédaction de rapports alternatifs/Création de savoirs alternatifs
Développement d'un réseau/action collective
Militantisme s'appuyant sur les médias/médias alternatifs
Lettres et pétitions officielles de doléance
Argumentaire en faveur des droits de Mère Nature
Impacts du projet
Impacts EnvironnementauxVisible: Perte de biodiversité (animaux sauvages, diversité agro-écologique), Feux, Perte de paysage/dégradation esthétique, Érosion, Déforestatoin et perte de couverture végétale
Impacts sur la santéVisible: Accidents, Problèmes mentaux incluant le stresse, la dépression et le suicide, Violence liée aux impacts sru la santé (homicides, viols, etc...), Décès
Impacts socio-économiquesVisible: Augmentation de la corruption/cooptation de différents acteurs, Déplacement, Augmentation de la violence et des crimes, Manque de sécurité de l'emploi, absentéisme au travail, licenciements, chômage, Perte des moyens de subsistence, Militarisation et augmentation de la présence policière, Violations des droits de l'homme, Spoliation des terres, Perte du paysage/sentiment d'appartenance au lieu
Résultats
Statut du ProjetOpérationnel
Résultats / réponses au conflit:Corruption
Meurtres
Migration/déplacement
Ciblage violent des activistes
Développement d’alternatives:Compte tenu du manque d'intervention de la police et de l'État, les producteurs locaux ont fait appel à la fourniture de l'auto-sécurité et de la protection dans la ville voisine de Tancitaro [3].
¿Est-ce que vous considérez que ce conflit représente un succès pour la justice environnementale ?Non
Expliquez brièvement:Je ne pense pas que ce soit un succès parce que les prises de terre et l'exploitation forestière ont toujours lieu dans la région. Cependant, il y a un succès mineur qui a eu lieu dans la région voisine de Tancitaro. Les citoyens locaux se sont mobilisés pour l'auto-protection et ont pu éloigner les groupes criminels de leurs terres. Pourtant, c'est un phénomène très localisé.
Sources et documentation
Références - de livres publiés, articles académiques, films ou documentaires publiés

Forest cover change and land tenure in Mexico avocado region, Barzimantov and Navia-Antezana, 2012
[click to view]

[1] Marcial Pérez, D., 2019. La maldición del aguacate. El País. [Online]
[click to view]

[2] Trenda, E. , 2022. Avocado export value in Mexico 2015-202. Statista. [Online]
[click to view]

[3] Linthicum, K. , 2019. Inside the bloody cartel war for Mexico’s multibillion-dollar avocado industry. LA Times. [Online]
[click to view]

[4] Flores, S., 2021. Aguacateros de Michoacán toman armas contra cárteles. Milenio. [Online]
[click to view]

[5] Martínez, D., 2019. El caso del Ecocentro Cupatitzio. El Sol de Zamora. [Online]
[click to view]

Méta-informations
Collaborateur:Miguel Ángel Pérez Cabeza, Universitat de Barcelona, [email protected]
Dernière actualisation07/05/2022
ID du conflit:5846
Commentaires
Legal notice / Aviso legal
We use cookies for statistical purposes and to improve our services. By clicking "Accept cookies" you consent to place cookies when visiting the website. For more information, and to find out how to change the configuration of cookies, please read our cookie policy. Utilizamos cookies para realizar el análisis de la navegación de los usuarios y mejorar nuestros servicios. Al pulsar "Accept cookies" consiente dichas cookies. Puede obtener más información, o bien conocer cómo cambiar la configuración, pulsando en más información.